Le soleil, Les Fleurs du Mal, Baudelaire : analyse [bac] (2023)

Le soleil, Les Fleurs du Mal, Baudelaire : analyse [bac] (1)

Voici un commentaire linéaire du poème «Le Soleil» issu des Fleurs du Mal (1857) de Baudelaire.

Le soleil, Baudelaire, introduction

Dans Les Fleurs du Mal publié en 1857, Charles Baudelaire révolutionne la poésie.

Il y dépeint la tension intérieure entre le spleen, source de détresse, et l’idéal, mouvement vers une perfection imaginaire. (Voir la fiche de lecture des Fleurs du Mal)

Baudelaire est également le poète de la modernité et de la ville.

Les «Tableaux parisiens», deuxième section du recueil, assimilent ainsi la ville moderne aux vices et à la misère, mais également à la rêverie, et à la possibilité d’une beauté nouvelle.

«Le soleil» est le deuxième poème de cette section. A travers le soleil, Baudelaire évoque les pouvoirs salvateurs de la poésie.

Problématique

Comment le soleil est-il d’abord représenté comme l’inspirateur du poète, avant de représenter les divins pouvoirs guérisseurs de la poésie ?

Texte étudié : Le Soleil

Le long du vieux faubourg, où pendent aux masures
Les persiennes, abri des secrètes luxures,
Quand le soleil cruel frappe à traits redoublés
Sur la ville et les champs, sur les toits et les blés,
Je vais m’exercer seul à ma fantasque escrime,
Flairant dans tous les coins les hasards de la rime,
Trébuchant sur les mots comme sur les pavés,
Heurtant parfois des vers depuis longtemps rêvés.

Ce père nourricier, ennemi des chloroses,
Eveille dans les champs les vers comme les roses ;
Il fait s’évaporer les soucis vers le ciel,
Et remplit les cerveaux et les ruches de miel.
C’est lui qui rajeunit les porteurs de béquilles
Et les rend gais et doux comme des jeunes filles,
Et commande aux moissons de croître et de mûrir
Dans le coeur immortel qui toujours veut fleurir !

Quand, ainsi qu’un poète, il descend dans les villes,
Il ennoblit le sort des choses les plus viles,
Et s’introduit en roi, sans bruit et sans valets,
Dans tous les hôpitaux et dans tous les palais.

Annonce du plan linéaire

Dans une première partie, correspondant au premier huitain, Baudelaire raconte comme ses vers naissent de ses promenades au soleil.

Puis, dans une deuxième partie, correspondant au deuxième huitain, le poème fait l’éloge du soleil, guérisseur de tous les maux.

Enfin, dans la troisième partie, correspondant au quatrain final, le poète est comparé au soleil, divin guérisseur.

I – Baudelaire raconte comme ses vers naissent de ses promenades au soleil

(Premier huitain)

Le poème s’ouvre sur deux alexandrins dépeignant Paris: «Le long du vieux faubourg, où pendent aux masures / Les persiennes, abri des secrètes luxures».

(Video) Les fleurs du mal, Baudelaire : analyse

La rime «masures / luxures» souligne l’alliance de la misère et du vice dans la ville moderne.

Le verbe «pendre» suggère la langueur et l’ennui dans une ville étouffante.

Paradoxalement, la ville semble vide. Elle est le lieu de secrets gardés.

C’est dans cette atmosphère dépeuplée que s’exerce la puissance du soleil: «Quand le soleil cruel frappe à traits redoublés /Sur la ville et les champs, sur les toits et les blés» (v.3-4).

Le soleil est personnifié par l’adjectif «cruel» qui fait de lui une puissance divine qui châtie les humains pour leurs vices comme le suggère la violence du verbe «frappe».

L’anaphore en «sur» et le rythme binaire du vers 4, composé de deux hémistiches, soulignent que cette punition est universelle car elle s’applique identiquement aux villes et aux campagnes: «sur la ville et sur les champs, sur les toits et sur les blés». Le parallélisme ville/toits et champs/blés renforce cet équilibre.

Le poète apparaît pour la première fois au vers 5, à travers le pronom personnel de la première personne «je».

Il se distingue immédiatement comme un homme singulier car il est le seul en mouvement dans cette atmosphère figée, ce qu’exprime le verbe d’action : «Je vais m’exercer seul à ma fantasque escrime» (v.5).

«La fantasque escrime» est une périphrase désignant l’activité poétique. Elle est d’emblée présentée comme une activité vivante, qui s’exerce en marchant.

La métaphore entre le poète et un joueur d’escrime fait de la poésie une sorte de combat d’épée, une lutte contre le langage et la ville.

L’adjectif «fantasque» suggère que de fascinantes trouvailles naissent de la recherche poétique.

Le participe présent «Flairant» (v.6) animalise le poète, mais de manière méliorative car il est celui dont l’acuité sensorielle permet d’établir des «Correspondances» poétiques.

Des vers 6 à 8, le poète est assimilé au chiffonnier, homme qui récupère les déchets avec son crochet pour revendre ceux qui ont de la valeur: «Flairant», «Trébuchant», «Heurtant». L’énumération ternaire des participes présents restitue la démarche active du chiffonnier.

La métaphore entre le poète et le chiffonnier est filée. Ainsi, le poète flaire non pas les déchets mais «les hasards de la rime», comme si le poète trouvait au sol les mots poétiques.

Les «mots» sont des «pavés» sur lesquels le poète trébuche et, au lieu de heurter des déchets avec son crochet, le poète heurte «des vers».

Poètes et chiffonniers sont tous deux des alchimistes qui cherchent l’or dans la boue en parcourant la ville moderne.

(Video) "Le Soleil" - L.A.

De cette quête surgissent «parfois des vers depuis longtemps rêvés.» (v.8)

La trouvaille poétique est précieuse parce que rare, comme l’expriment les deux adverbes temporels «parfois» et «longtemps.»

Elle surgit brusquement après une longue maturation pendant la marche.

II – Un éloge du soleil, guérisseur de tous les maux

(Deuxième huitain)

La deuxième strophe retourne au sujet premier annoncé par le titre: le soleil.

Ce dernier est personnifié et divinisé par la métaphore «Ce père nourricier» (v.9) qui renvoie au Père de la Trinité chrétienne.

Ses pouvoirs sont salvateurs.

Il guérit ainsi des maladies et de la faiblesse («ennemi des chloroses», v.9), à la manière de l’élixir que rêve l’alchimiste.

Ses pouvoirs ne se limitent pas à protéger de la mort, puisqu’il donne aussi la vie comme l’indique le verbe éveiller «Éveille dans les champs les vers comme les roses» (v.10).

Le rythme équilibré des alexandrins accentue l’impression de vitalité.

Baudelaire place au même niveau «les vers» et «les roses», ce qui crée un contraste surprenant entre la putréfaction (les vers qui mangent les cadavres) et les roses, symbole de la beauté.

Le soleil incarne donc l’alliance de l’horrible et du sublime propre à l’esthétique baudelairienne et au projet des Fleurs du Mal.

Les vers font également songer par homophonie aux vers poétiques, le soleil devenant alors la source de la poésie.

L’alliance antithétique entre la beauté et la laideur est également présente dans la rime riche «chlorose/roses» qui lie deux termes opposés.

L’énumération des pouvoirs solaires se poursuit: «Il fait s’évaporer les soucis vers le ciel, / Et remplit les cerveaux et les ruches de miel.» (v.11-12).

(Video) Les Fleurs du Mal, Charles Baudelaire | Bac français 2022

Les Soleil est sujet de tous les verbes, ce qui renforce son omnipotence.

Tel un dieu, il guérit des souffrances morales: «Il fait s’évaporer les soucis vers le ciel». L’évaporation signifie la disparition mais aussi l’élévation, comme dans le poème «Elévation»: le soleil abolit le spleen et porte vers l’idéal («le ciel»).

Le soleil est également doué de vertus sociales : «C’est lui qui rajeunit les porteurs de béquilles / Et les rend gais et doux comme des jeunes filles» (v.13-14). L’antithèse «porteurs de béquilles» / «jeunes filles» montre que le soleil transforme la vieillesse en jeunesse, comme l’alchimiste transforme la boue en or.

L’assonance en «i» fait entendre les rires des miséreux qui retrouvent les douceurs de la jeunesse: puisque «C’est lui qui rajeunit les porteurs de béquilles / Et les rend gais et doux comme des jeunes filles»

Les pouvoirs du soleil permettent de rajeunir les êtres, mais également de les faire croître comme le souligne le champ lexical de la croissanceEt commande aux moissons de croître et de mûrir /Dans le cœur immortel qui toujours veut fleurir!» (v.15-16).

La polysyndète* (*multiplication de conjonctions de coordination) en «et» insiste sur les pouvoirs de génération du soleil qui semblent sans fin : «Et les rend gais et doux comme des jeunes filles, Et commande aux moissons de croître et de mourir».

L’adjectif «immortel», l’adverbe temporel«toujours», et l’emploi du présent de vérité générale présentent le soleil comme éternel : «Dans le coeur immortel qui toujours veut fleurir !» .

Le point d’exclamation concluant la strophe exprime l’emportement lyrique du poète qui perçoit dans le soleil une puissance supérieure.

III – Le poète est comparé au soleil

(Quatrain final)

Dans le quatrain final, Baudelaire établit une comparaison entre le soleil et le poète : «ainsi qu’un poète».

Le poète, comme le soleil, «descend dans les villes» et «ennoblit le sort des choses les plus viles» (v.18).

La rime des homophones «villes/viles» assimile l’espace urbain des «Tableaux parisiens» à l’espace du vice et de la misère (v.1-2).

Mais le poète est celui qui, tel un alchimiste, transforme la boue en or comme le souligne l’antithèse «ennoblit» / «viles».

Le poète fusionne les contraires, le beau et le laid, le prestigieux et le misérable.

(Video) Mon bac français en poche - Les fleurs du mal de Charles Baudelaire

Comme le soleil, il confère une dignité et une beauté à tout.

Le quatrain poursuit sa dynamique descendante pour suivre le soleil-poète qui s’immisce dans la vie de la ville.

Ce dernier «s’introduit en roi, sans bruit et sans valets, /Dans tous les hôpitaux et dans tous les palais.» (v.19-20)

Le poète est un souverain comme l’indique l’expression «s’introduit en roi», mais c’est un souverain immatériel, spirituel comme l’indiquent les locutions prépositionnelles qui expriment la négation: «sans bruits et sans valets».

Le poète solaire ne se caractérise pas par ses richesses matérielles.
Il est au contraire un justicier, indifférent aux conditions sociales. Il pénètre ainsi dans des espaces antithétiques : les hôpitaux, où meurent les miséreux, et les palais, où vivent les puissants : «Dans tous les hôpitaux et dans tous les palais».

Le poète est un rayon de soleil, une divine lumière spirituelle qui soulage indifféremment tous les humains.

Le soleil, Baudelaire, conclusion

Nous avons vu comment, dans ce poème, le soleil est d’abord représenté comme l’inspirateur du poète, avant de devenir une métaphore des pouvoirs de la poésie.

«Le soleil» témoigne d’une représentation ambivalente du poète. En effet, le poète est dans la première strophe ce misérable chiffonnier à la recherche de fantastiques trouvailles langagières dans les rues misérables.

Puis, à la dernière strophe, le poète est divinisé, doué des pouvoirs surnaturels, comparé au soleil. Il guérit les maux du corps et de l’esprit, purifie l’espace souillé de la ville.

Le poète solaire est cet alchimiste des mots qui transforme la boue du langage en or poétique.

Ce poème est à mettre en lien avec «Le Vin des Chiffonnier», qui est également l’un des plus anciens du recueil.

Tu étudies Les Fleurs du Mal ? Regarde aussi :

Alchimie de la douleur (analyse linéaire)
La cloche fêlée (commentaire linéaire)
Le balcon, Baudelaire : commentaire composé
Invitation au voyage (analyse)
La chevelure, Baudelaire (analyse)
Harmonie du soir, Baudelaire (analyse)
Le chat, Baudelaire (commentaire)
Parfum exotique, Baudelaire (lecture linéaire)
L’Horloge, Baudelaire : analyse
La vie antérieure, Baudelaire (commentaire)
Chant d’automne, Baudelaire : analyse
Une charogne, Baudelaire : commentaire
Les phares, Baudelaire : analyse
Hymne à la beauté, Baudelaire (analyse)
L’albatros, Baudelaire : commentaire
L’ennemi, Baudelaire (analyse)
Le serpent qui danse (analyse)
Le vampire, Baudelaire : analyse
Recueillement, Baudelaire : analyse
Remords posthume, Baudelaire (analyse)
Correspondances, Baudelaire (lecture linéaire)
Moesta et errabunda (lecture linéaire)
Le vin des chiffonniers, Baudelaire (lecture linéaire)
L’homme et la mer (lecture linéaire)
Le crépuscule du matin (lecture linéaire)

FAQs

Pourquoi Baudelaire se compare au soleil ? ›

– Pour Baudelaire, le poète est ainsi un soleil qui nourrit les hommes avec des vers, qui élève les esprits et les âmes, et fait fleurir l'amour. Comme le soleil, le poète est un être supérieur. – Le vers suivant: « Il ennoblit le sort des choses les plus viles ». Le soleil chasse l'ombre, fait briller les faubourgs.

Quel est le thème du poème le soleil ? ›

Les «Tableaux parisiens», deuxième section du recueil, assimilent ainsi la ville moderne aux vices et à la misère, mais également à la rêverie, et à la possibilité d'une beauté nouvelle. «Le soleil» est le deuxième poème de cette section. A travers le soleil, Baudelaire évoque les pouvoirs salvateurs de la poésie.

Quelle image Baudelaire Donne-t-il du soleil ? ›

Le poète poursuit : « Il ennoblit le sort des choses les plus viles. » Le soleil aurait donc un pouvoir de transformation qui peut faire penser à la célèbre phrase de Baudelaire : « Tu m'as donné ta boue et j'en ai fait de l'or ». Dans les deux cas, il y a une idée de transmutation.

Qu'est-ce que la boue pour Baudelaire ? ›

Dans le projet d'épilogue, la poésie présente cette vertu alchimique de transfigurer la « boue » en « or », la laideur en beauté, et peut-être même le mal en chose « sainte » : débarrassé de ses scories, le réel livre son essence pure, heureuse, précieuse.

Quel est le mouvement de Baudelaire ? ›

On considère Baudelaire comme un héritier du romantisme et un précurseur du symbolisme. De Musset, il hérite du « mal du siècle », de « l'ennui », du « vague des passions », ainsi que d'une attirance pour la maladie et les affres de la création poétique.

Quand ainsi qu'un poète ? ›

Quand, ainsi qu'un poète, il descend dans les villes, Il ennoblit le sort des choses les plus viles, Et s'introduit en roi, sans bruit et sans valets, Dans tous les hôpitaux et dans tous les palais.

Quand le soleil se couche poème ? ›

A l'heure où, tous les jours, le soleil se couche, A ce moment si beau où le jour finit. Je n'ai pu fermer ni les yeux ni la bouche, Ni bouger ni parler, tant j'étais éblouie.

Comment Baudelaire sublime la boue ? ›

La boue semble donc omniprésente dans le recueil , à la fois sous sa forme organique mais essentiellement sous sa forme morale , qui en découle directement ; Englué dans la boue, la créature a bien du mal à s'élever et la boue va accompagner le Spleen qui , lui aussi naît d'une alchimie de la douleur et des idées ...

Comment Baudelaire transforme la boue en or ? ›

Baudelaire fait du langage poétique sa pierre philosophale, il le rend apte à transformer la matière : « Tu m'as donné ta boue et j'en ai fait de l'or », écrit-il dans l'ébauche d'un épilogue pour la deuxième édition des Fleurs du mal. Comme une fleur s'épanouir. » Dans ces vers, on voit l'alchimiste à l'œuvre.

Comment Baudelaire transforme la boue en or dissertation ? ›

Baudelaire, le poète de la boue

Dans le projet d'épilogue, deux vers avant le vers « Tu m'as donné ta boue et j'en fait de l'or », Baudelaire se compare à « un parfait chimiste » lequel effectue donc cette opération de transformation de la boue en or.

Quels sont les deux mouvements littéraires du xixe siècle qui ont influencé l'écriture baudelairienne ? ›

Son œuvre est fascinante car elle se situe au carrefour de toutes les influences du 19ème siècle : héritier du romantisme et du Parnasse, la poésie de Baudelaire annonce déjà le symbolisme (avec la théorie des correspondances notamment).

Quels sont les mouvements poétiques ? ›

  • Les rhétoriqueurs (XVème siècle)
  • La Pléiade (XVIème siècle)
  • Le classicisme (XVII-XVIIIème siècle)
  • Les romantiques (XIXème siècle)
  • Le Parnasse(XIXème siècle)
  • Le symbolisme (XIXème siècle)
  • Le surréalisme (XXème siècle)
Oct 7, 2020

Quel est le mouvement littéraire de La Bruyère ? ›

moraliste

Quand ainsi qu'un poète il descend dans les villes ? ›

Quand, ainsi qu'un poète, il descend dans les villes, Il ennoblit le sort des choses les plus viles, Et s'introduit en roi, sans bruit et sans valets, Dans tous les hôpitaux et dans tous les palais.

Quand les deux yeux fermés en un soir chaud d'automne ? ›

Au vers 1, c'est la relation intime amoureuse qui provoque la vision intérieure ("yeux fermés"). Les conditions sont favorables à cette rêverie : la scène se déroule "un soir chaud d'automne" : on se trouve dans un univers chaleureux, favorable au déploiement de l'imaginaire.

Quand le soleil se couche expression ? ›

Le soleil se couche, mais le danger ne se couche jamais."

Ce proverbe signifie que le danger est toujours présent dans la vie.

Quand le soleil se couche citation ? ›

Précisez votre recherche :
  • “Le soleil couchant est un artiste de génie.” ...
  • “On adore plutôt le soleil levant que le soleil couchant.”
  • Soleil couché, malheur pas couché.” ...
  • “Le soleil couchant est souvent beau. ...
  • “La vieillesse embellit tout : elle a l'effet du soleil couchant dans les beaux arbres d'octobre.”

Comment décrire un coucher de soleil ? ›

Le ciel peu à peu change de couleur, il se dégrade du bleu à l'orange en passant par le violet et le jaune. Les nuages, blancs il y a quelques minutes, sont à présent roses. mieux apprécier le spectacle. Les ombres disparaissent.

Comment Baudelaire sublime le mal ? ›

Baudelaire refuse l'art traditionnel où le beau se trouve défini par son éloignement de la réalité. Selon lui, son époque a sa propre beauté : si le réel n'est pas toujours fiable et peut suggérer le surnaturel, alors le laid peut, à son tour, supporter l'harmonie et devenir un critère esthétique.

Quels poèmes relèvent de la boue ? ›

Extrait de Fusées, de Charles Baudelaire, 1897. Extrait de l'ébauche d'un épilogue pour la deuxième édition des Fleurs du Mal, de Charles Baudelaire, 1861. Une Charogne, poème issu des Fleurs du Mal, de Charles Baudelaire, 1861, lu par Georges Claisse.

Qu'est-ce qui dans Les Fleurs du mal de Baudelaire constitue une définition de l'Alchimie poétique ? ›

Tout l'art du poète revient alors à sculpter une matière laide ou triviale pour en faire un objet précieux, comme un alchimiste qui réussirait miraculeusement à transformer le plomb en or. C'est ce que suggère le dernier quatrain du poème intitulé « Le Soleil ».

Comment Baudelaire transforme la laideur en beauté ? ›

Baudelaire se considère comme un alchimiste qui transforme la laideur du réel en beauté : « J'ai pétri de la boue et j'en ai fait de l'or », écrit-il dans son poème « Orgueil ». Le poète se doit de transformer le réel par le verbe, en en extrayant la quintessence.

Comment comprendre l'expression la boue et l'or ? ›

Dans la première phrase (Bribes), la boue et l'or sont comme généralisés par l'article défini. Baudelaire insiste sur son action : pétrir et faire (au sens de « transformer en »). Une façon d'affirmer le pouvoir du poète : métamorphoser la boue (élément infâme) en or (élément précieux).

Quels poèmes relèvent de cette alchimie poétique de l'or en boue ? ›

« Le Mendiant » de Victor Hugo, transforme un haillon en ciel constellé (merci de ne pas dire constellé d'étoiles, c'est un pléonasme) ; « Vénus anadyomène » de Rimbaud interroge sur une femme « horrible étrangement, « belle hideusement… » ; « Les Boueux sont en grève » de Raymond Queneau montre que les ordures ...

Quelle conception du poète défend Baudelaire dissertation ? ›

Pour Baudelaire, la poésie est un moyen d'expression du moi, de l'intériorité et de l'intime. C'est aussi le cas, par exemple, de Lamartine. En effet, la poésie permet au poète d'épancher des sentiments, des passions, des états d'âme, souvent teintés de désespoir et de mélancolie.

Comment écrire l'introduction d'une dissertation ? ›

L'introduction d'une dissertation ne doit pas être trop longue (10 à 15 lignes) et est censée s'adresser à un lecteur qui ignore le sujet.
...
Elle doit comporter :
  1. une phrase d'accroche (amorce) ;
  2. l'énoncé du sujet ;
  3. la définition termes et reformulation du sujet ;
  4. une problématique ;
  5. l'annonce du plan.
Nov 28, 2018

Quelle citation a inspiré l'intitulé du parcours alchimie poétique la boue et l'or dans quel texte Peut-on la lire ? ›

[Citation] Quand Baudelaire, dans l'appendice aux Fleurs du mal, écrit « Tu m'as donné ta boue et j'en ai fait de l'or. », il développe le sens de l'oxymore du titre qu'il a choisi pour son recueil et nous ouvre son laboratoire.

Quel est le mouvement littéraire de Flaubert ? ›

Flaubert commence à écrire ses premières œuvres lorsque Balzac est au sommet de sa carrière, en plein mouvement littéraire du réalisme.

Qu'est-ce qui caractérise Baudelaire ? ›

BIOGRAPHIE CHARLES BAUDELAIRE - Suivant une vie de bohème et de dandy parisien, Baudelaire est un poète symboliste. Il consacre sa vie à sa principale création : les Fleurs du Mal. Auteur torturé, le spleen devient le fil conducteur de son œuvre.

Quel est le milieu social de Baudelaire ? ›

Il mène une vie de dandy parisien et s'éprend de Jeanne Duval, muse et grand amour du poète. Charles Baudelaire mène une vie dissolue, fréquente des prostituées et dépense plus que de raison. Vite endetté, il est placé sous tutelle judiciaire. En 1843, il découvre les drogues et devient un grand consommateur d'opium.

Quel mouvement littéraire fut en réaction contre le romantisme ? ›

Le réalisme (1830 - 1890)

Le réalisme s'oppose au romantisme. Les auteurs s'inscrivant dans ce courant veulent faire de la littérature un reflet de la société.

Videos

1. Alchimie poétique : la boue et l'or – Les Fleurs du Mal, Baudelaire
(Camille Toussaint)
2. CORRESPONDANCES, Baudelaire : Analyse Linéaire détaillée
(Mathilde)
3. Les FLEURS du MAL : Introduction à la poésie de Baudelaire
(Un Cours de 5 Minutes)
4. Les Fleurs du Mal de Baudelaire en 42min - pour cartonner à l'ORAL ! 🎓
(Breaking Smart - Demain, j'ai oral de Français)
5. Tableaux parisiens, Baudelaire : analyse
(Amélie - bacdefrançais)
6. Le Soleil Charles Baudelaire
(Paul Vogel)
Top Articles
Latest Posts
Article information

Author: Fredrick Kertzmann

Last Updated: 12/18/2022

Views: 5728

Rating: 4.6 / 5 (66 voted)

Reviews: 81% of readers found this page helpful

Author information

Name: Fredrick Kertzmann

Birthday: 2000-04-29

Address: Apt. 203 613 Huels Gateway, Ralphtown, LA 40204

Phone: +2135150832870

Job: Regional Design Producer

Hobby: Nordic skating, Lacemaking, Mountain biking, Rowing, Gardening, Water sports, role-playing games

Introduction: My name is Fredrick Kertzmann, I am a gleaming, encouraging, inexpensive, thankful, tender, quaint, precious person who loves writing and wants to share my knowledge and understanding with you.